Ben voilà encore un exemple qui prouve s'il le fallait encore que le parti socialiste, et surtout ses dirigeants - les éléphants comme on les appelle, bien qu'il s'agisse plutôt de mammouths, vu l'âge de certains - ne sont plus socialistes, et ce depuis longtemps. Ils sont devenu un peu comme le parti démocrate américain, des partisans d'une droite molle, qui ne se bat pas vraiment contre le néo-libéralisme ambiant et qui serait même près à l'encourager du bout des lèvres.

La dernière recrue de Sarko, qui en a déjà pas mal à son actif du côté de "la gauche", c'est Strauss Kahn, qu'il a réussi a faire élir à la présidence du FMI (fond monétaire international). Cet organisme qui a pour but l'aide à l'expansion du colonialisme néo-libéral dans les pays en voie de développement. L'aide est octroyé aux pays après accepatation par ceux-ci de règles qui imposent un virage néo-libéral à leur économie par la mise en place, par exemple, du dumping social, qui permet aux multinationales de trouver de la main d'oeuvre bon marché et corvéable à souhait.

Un socialiste à la tête d'une telle organisation a des quoi choquer la majorité d'entre nous, parce que les principes d'une telle organisation n'ont rien de commun avec le socialisme. Certains pourraient dire que Strauss Kahn est un social-libéral (!) Elle est bien bonne celle-là, comment peut-on dire de quelqu'un qu'il est social-libéral, c'est comme définir quelqu'un de nazi-humaniste. Le libéralisme n'a rien de social, bien au contraire et la nomination de Strauss Kahn prouve encore une chose, c'est que tous ces dirigeants ne sont intéressés que par une seule chose, le pouvoir, quel que soit sa forme, et ils sont prêts à trahir pour y arriver, même leur propre conscience.... (si ils en ont encore une)