Je veux si je suis élu, président de la République, que d'ici 2 ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir Ce mots, notre cher méprisant de la république les avait prononcés il y a 2 ans, à Charleville Mézières (Ardennes), lors d'un des ses innombrables discours d'avant présidence, un de ces discours où il promet tout et n'importe quoi.
Alors ? Le bilan, 2 ans après ? Ben tout va bien dans le meilleur des mondes, le nombre de SDF ne cesse d'augmenter (la fondation Abbé Pierre l'estime à 100 000 personnes pour 2008 et une étude de l'Insee parle de 86000 pour l'année 2001). On pourrait douter de la véracité des chiffres, car les SDF sont difficiles à comptabiliser... On peut estimer qu'il y a eu AU MOINS 15000 personnes de plus mises à la rue en 7 ans. Pari perdu pour notre cher président. Mais il ne faut quand même pas lui imputer ces chiffres, il n'est pas responsable de toute la misère du monde non plus ? On ne va pas l'accabler, il le fait très bien tout seul.
On aurait pu douter de la véracité de ses propos à Charleville, il suffisait simplement de regarder ce que ce "grand" homme a fait dans la ville qu'il gérait, les logements sociaux représentaient environ 3%.... Ca donne à réfléchir.
Bien-sûr il n'est pas le seul responsable de toute cette misère, les socialistes (enfin, ils se nomment comme ça) le sont tout autant. Toujours aussi prompts à critiquer les mesures du gouvernement, ils n'ont pas fait grand chose quand ils étaient "au responsabilités"
Et demain ? Les choses vont-elles s'arranger ? Bien-sûr que non, parce qu'après la crise sociale qui ronge le pays depuis des années, la crise financière est apparue. Bien-sûr la crise financière touchait déjà des milliers de personnes, mais le CAC40 allait bien alors personne ne parlait de crise majeure. Mais maintenant les banques vont mal, elles ont joué, et on a perdu. La situation ne risque pas de s'arranger parce que depuis plusieurs années, on parle de "travailleurs pauvres", des gens qui, malgré un travail vivent dehors ou dans des logements qui n'en sont pas. Les plans de licenciements se multiplient à vitesse "grand V", parfois même malgré des bénéfices records des entreprises (Arcelor-Mittal), plongeant de plus en plus de familles dans la précatrité
Le gouvernement actuel les aidera-t-il, tous ces gens victimes de la cupidité d'actionnaires qui ne veulent pas que leurs bénéfices baissent, quitte à licencier ? Non bien-sûr, il va même en rajouter plusieurs couches ; avec par exemple la loi sur les heures sup, qui permet aux entreprises "d'offrir" des heures sup aux employés au lieu d'embaucher. Distribuer l'argent aux banques pour leur permettre de faire tourner l'économie, mais ces banques ne le font pas, et certaines sociétés qui vont bien sont obligées de fermer parce que les banques ne font plus ce qu'elles faisaient avant, par peur. Peur de leur propre système. Le travail à 70 ans, sur la base du volontariat (au départ), mais on sait ce que volontariat veut dire pour les entreprises. Le travail du dimanche, qui n'a aucun intérêt pour une économie mauribonde, qui n'a d'ailleurs aucun intérêt, à part celui d'offrir la possibilité aux entreprises de faire un peu plus d'argent. Cette loi, qui n'a pour but.... aucun but en fait, à part celui de faire passer toujours plus de lois ultra-libérales, dogme on ne peut plus précieux de notre cher Président.... Alors 2 ans après ses promesses, Sarkozy n'a rien fait mais a plutôt défait et la crise va lui permettre de continuer dans sa lancée.... Les temps promettent d'être durs pour l'immense majorité d'entre-nous.