Le 8 et 9 janvier Eric Besson, le transfuge, le traitre du parti socialiste ou tout simplement celui qui a eu le courage de dire tout haut tout ce que les socialistes pensent tout bas a organisé un colloque intitulé "Nouveau monde, nouveau capitalisme" avec comme invités Angela Merkel, Tony Blair et Nicolas Sarkozy. Que des invité prestigieuxc pour un colloque qui n'a pour but de laisser les choses dans l'état où elles sont. Une manière de faire croire que les choses vont changer... Notre cher président, qui comme a son habitude est sur tous les fronts, a les solutions a tous les problèmes a dit ceci (entre autre)

"La crise du capitalisme financier n'est pas la crise du capitalisme. Le remède à la crise que nous connaissons n'est pas l'anticapitalisme. La crise du capitalisme financier n'appelle pas à la destruction du capitalisme qui serait une catastrophe mais à a sa moralisation"

Voilà, tout est dit, il ne changera rien au système mais ça on s'en doutait un tout petit peu, mais comment veut-il moraliser un système qui à la base est immoral. On se doutait que rien ne changerait, pas avec tous ces politicards qui depuis des dizaines d'années sont les promoteurs de ce néo-libéralisme qui fout la merde sur toute la planète.... Les dérives de ce capitalisme sont à l'origine de toutes les crises (pétrole, crise alimentaire, insécurité sociale, précarité, pauvreté) mais pourquoi changer tout ça ? Les Français ont voté, votent depuis des années pour ces personnages alors on ne va pas les changer. Pourquoi changer un système basé sur les inégalités, qui ne fait que creuser le fossé entre pauvres et riches, qui ne fait qu'enrichir une poignée de salopards dont les hommes politiques sont les pantins. Non, on ne va pas changer, ça serait, comme le dit notre cher mérpisant de la république, une catastrophe... Mais une catastrophe pour qui ? Pour les millions de gens qui n'ont pas à manger sur cette planète, pour les millions de gens victimes des spéculateurs de tout poils ? Non pour eux, la catastrophe a déjà eu lieu et continuera encore tant que durera ce système. Ce serait une catastrophe pour toutes ces sociétés qui prennent les populations en otage pour leurs profits, une catastrophe pour toute cette classe politique qui vit grassement de toutes ces lois faites pour les castes de riches.
Alors non, ne changeons rien, ce n'est pas le capitalisme qui est en cause, mais ses dérives... Mais ces dérives ne sont-elles pas tout simplement dues au capitalisme. La course au profits est la cause de la crise actuelle, des crises actuelles. Pourquoi changer ? On va distribuer un peu d'argent (quelques milliards) aux responsables pour qu'ils s'en sortent et la machine va repartir de plus belle.
On devrait passer la corde au cou de tous ces politiques responsables de la crise, et qui ont le culot de se poser en sauveur. Comment pourrait-on changer quelque chose au système quand on laisse aux incendiaires le son d'éteindre le feu ?
Des changements il y en aura sans doute mais pas pour les responsables.

C'est la crise mes chers concitoyens alors faites des efforts et acceptez les choses sans broncher... Nous les politiciens, avec nos amis patrons et banquiers sommes responsables de la crise mais on va aussi la résoudre. On va vous sortir de la crise, mais pas de la façon dont vous pensez, en créant une crise encore plus profonde... On va aider les responsables et vous, vous allez en chier un peu plus, mais que voulez-vous ? On ne peut pas aider tout le monde, et nous, on a décidé d'aider les coupables, pas les victimes

Voilà en quelques mots ce qu'aurait été le discours de ce cher président si, comme tous les hommes politiques, il n'avait pas l'habitude de raconter des conneries à chacunes de ses interventions, à bourrer le mou à tout le monde, mentir et surtout penser qu'il est le sauveur du monde alors qu'il en est le fossoyeur......