Pas content

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 3 février 2009

Un bon petit plan obsèques

fillon-relance.JPGHier Fillon, premier pantin de Sarkozy a annoncé sont plan pour lutter contre la crise... Mais quel plan !!! Génial, il ne fait qu'avancer des choses qui étaient prévues et faire les mêmes choses, comme si la politique néo-libérale n'était pas responsable de la crise. Il a raconté hier que son plan était le seul plan qui permettrait à la france de sortir de la crise, c'est bien, ça fait au moins une personne qui y croit, parce que pour les personnes touchées par la crise - les gens qui bossent - et bien il n'y aura aucun changement. Il n'y a aucune annonce sur le soi-disant cheval de bataille de l'agité présidentiel : le pouvoir d'achat. Pourquoi augmenter les salaires ? Ceux que les patrons nous "offrent" sont nettement suffisants !!! Il vaut mieux donner de l'argent aux mêmes et laisser les travailleurs se faire exploiter.
J'appellerai son plan de relance un plan obsèques parce qu'il va ajouter de la crise à la crise avec sa politique. Comment peut-il croire que continuer une politique responsable de la crise - le néo-libéralisme ou néo-conservatisme à l'américaine - va sortir le pays de la crise. Jamais la situation ne s'arrangera avec de telles décisions. Mais rassurez vous, tout le monde ne sera pas touché par la crise, les ministres continueront à toucher leur salaire comme avant (environ 10000 euros, mais cela dépend du ministère). Alors pour que ces chers dirigeants se rendent compte que les salaires ne sont pas suffisant pour vivre il faudrait les mettre au smic pendant ne serait-ce que 2 mois et vous verriez que le plan de relance serait extrêmement différent, mais voilà, les représentant du peuple ne savent pas comment vit le peuple.
Tenir compte des travailleurs dans son plan de relance ? Mais bien-sûr que non, tout son plan concerne l'emploi, pas l'employé. Le travailleur va continuer à se faire exploiter par des patrons qui auront encore une raison de forcer le travailleur à se serrer la ceinture ? Le premier ministre demande aux Français de se serrer les coudes mais il aurait du leur dire de se serrer la ceinture, l'expression aurait été plus juste. On distribue de l'argent aux banquiers, on distribue de l'argent au patronat (sous forme directe ou sous forme d'exonération diverses et variées) mais pour les travailleurs, qui sont les premières victimes de la crise et bien rien, comme dans avant. Mais rappelons que la crise ne date pas de cet été avec les subprimes, elle est bien plus ancienne mais ne touchait que les pauvres, alors point de qualificatif de crise, c'est la crise quand les exploiteurs ne peuvent plus exploiter comme ils veulent. Alors comme dirait le premier ministre, il est hors de question de changer de cap ! Bien-sûr qu'il est hors de question de changer de cap, la politique qu'il mène est tellement bien, pourquoi la changer ??.....

jeudi 29 janvier 2009

Jeudi noir

On parle de Jeudi Noir (enfin les "journalistes") parlent de jeudi noir à propos des grèves et manifs d'aujourd'hui.... Un jeudi noir certainement pas, mais un jeudi de revendications pour que le gouvernement de notre monarque prennent enfin en compte le peuple qui l'a élu... Si seulement c'était un jeudi noir pour le gouvernement, parce que pour nous ce n'est pas le jeudi qui est noir mais l'année.....

mardi 20 janvier 2009

Casse toi pauvre con

C'est aujourd'hui que le nouveau dieu des médias prend ses fonctions... Le sauveur du monde, le messie, l'incarnation du bien selon tous les médias, qui ne savent plus quoi dire sur cet homme qu'ils ont placé, avant qu'il ait fait quoi que ce soit, sur un piédestal. Barack Obama va devenir aujourd'hui le 44ème président des Etats-Unis !!!
Formidable ! Extraordinaire ! Merveilleux ! Fantastique ! Il va sauver le monde et relancer l'économie à lui tout seul !!! Les journalistes sont en extases devant le nouveau président. On peut effectivement trouver ça génial que le pays de la ségrégation, que le pays de l'esclavage, que le pays du Ku Klux Klan élise un président noir. Mais voilà, il reste avant tout un président américain, alors vous pensez que ça va changer beaucoup de choses ?
Ce qu'il y a de formidable surtout c'est que Bush se barre, il devrait être envoyé à Guantanamo et torturé mais on ne peut pas tout avoir dans la vie...
C'est sûr que la nouvelle administratino américaine risque d'être un peu moins raciste et guerière que la précédente mais les Etats-Unis ne sont pas devenus en 1 jour le paradis que toutes les brochures d'agences de voyages veulent nous vendre....
Il (Obama) veut arrêter la guerre en Irak mais garde l'ancien chef va-t-en guerre de l'administration Bush à la tête du pentagone... Change we can !!! Il dit qu'il va fermer Guantanamo, le camp de concentration ouvert par Bush mais il dit, après son élection bien entendu, que ça ne sera pas si facile et rapide que ça. Bref, il prend des gens pour son administration mais pas forcément les bons, il reprend d'anciens personnages qui n'ont pas forcément brillé par leurs compétence (Robert Gates, Hillary Clinton). Alors "Change we can" c'est sûr (un peu dans le genre, "avec moi tout est possible"), mais de toute manière le changement aurait été effectif de toute manière parce que faire pire que Bush il fallait trouver la personne capable de ça, et pas de bol pour les américains, c'est nous les Français qui l'avons....
Alors les journalistes devraient arrêter de lécher l'écran dès qu'Obama apparait et attendre de voir ce qui va réellement se passer. Personnellement je ne pense pas que ça va changer grand-chose, surtout avec la crise qui frappe la planète. En tout cas il faut quand même se rappeler qu'il est président des Etats-Unis, pas de la planète entière.... Alors pour nous Français ça ne va sans doute par changer grand-chose, à part qu'on va peut-être moins voir notre président à la télé...A chacun son président, bien que je pense que les Français refileraient bien volontier le notre contre celui des Etats-Unis, parce que nous notre Bush national on l'a encore jusqu'en 2012.....

lundi 19 janvier 2009

Moraliser le système

Notre cher méprisant de la république a dit dans un de ses nombreux discours sur la crise qu'il fallait moraliser le capitalisme. Que la crise actuelle n'est pas la crise du capitalisme....
Moraliser le capitalisme, mais comment ? Peut-on moraliser le diable ? Comment moraliser un système qui à la base est immoral ? Un système qui a pour finalité d'amasser les profits peut-il être moral ? Un système fait pour enrichir une certaine classe est-iul moral ? Bien-sûr que non, un tel système n'est pas moral mais comme le dit si bien notre sauveur - qui n'est plus seulement le sauveur de la France mais carrément le sauveur du monde - la fin du système capitaliste serait une catastrophe !!
Mais une catastrophe pour qui ? Pour la majorité des Français ? Une catastrophe pour ces millions de gens qui n'ont pas à manger ? Une catastrophe pour ces esclaves du capitalisme ? Bien-sûr que non mais ce serait une catastrophe pour Sarkozy et tous ces amis, pour cette caste mondiale qui prétend défendre la démocratie en s'octroyant les richesses du monde avec l'aide d'une caste politique dressée à obéir aux moindres désirs des possédants.
Mais comment moraliser un tel système ? Comment changer un système que certains prétendent être le seul système possible ? Bien-sûr qu'il existe un autre système, qu'il faudrait réinventer de toute pièce, pas un système du genre communiste comme on a pu le voir par le passé, avec les dictatures des pays de l'est ou de cuba, qui n'ont de communiste que le nom.
Pour commencer il faudrait déjà changer les bases du système Français, et pour changer les bases il faudrait déjà changer ces institutions si renommées, qui nous fabriquent les élites. L'ENA (école nationale d'administration) et polytechnique et autre science-po, d'où sortent la grande majorité de nos "élites" et qui ne servent qu'à fabriquer une bande d'incapables qui ne savent pas voir plus loin que le bout de leur nez et qui ne font que développer les égos démesurés des hommes politiques et autres décideurs... Alors avant de parler de moraliser les choses il faudrait fermer ces institutions qui ne servent à rien, à part peut-être fabriquer des esprits qui sont persuadés de toujours avoir raison. Comment peut-on prétendre être démocrate et penser qu'on a tout le temps raison et que le "petit-peuple" a forcément tort.... Mais toutes les élites ne sortent pas de ces écoles de losers. Sarkozy et sa bande sont ne viennent pas de là... Avocat d'affaires, voilà la 1ère profession de notre cher méprisant de la république. Avocat du diable sans doute.... Avocat sans scrupule c'est sûr, quand on voit l'attitude qu'il a vis-à-vis de tout le monde Les Enarques et autres soi-disant élites ne sont donc pas les seules à avoir tout le temps raison. Tout le temps raison selon elles, pas selon les faits. Il faudrait aussi changer certaines personnes qui abusent de leur pouvoir pour changer les choses comme elles le souhaitent, ou que tel ou tel le souhaite. Changeons tout d'abord Jean-Claude Trichet, qui par sa politique à la tête de la sainte Banque Centrale Européenne n'a jamais fait en sorte que les européens s'en sortent mais les entreprises, les dirigeants, bref, tous ses amis de l'Elite.... Il est sans doute un des plus responsable de la hausse des prix, la stagnation des salaires, avec sa politique monétaire allant à l'encontre de toute logique "populaire"..... Alors changer les choses oui mais dans le bon sens, tout d'abord en virant toutes ces élites qui prétendent tout savoir mais en fait ne font que plonger le pays dans la crise depuis des dizaines d'années. Mais pour changer les choses dans la douceur il faudrait que notre "démocratie" le permette... On a le droit de choisir parmi l'élite, mais on n'a toujours pas le droit de virer cette élite... Quand vous ne faites pas votre boulot correctement on vous vire; mais eux, qui devraient faire un travail irréprochable ne font que des conneries et ne rendent de compte à personne.... On ne nous demande jamais notre avis, et quand on nous le demande on n'en tient pas compte (traité européen) et on ne peut pas demander de compte à ceux qui sont élus pour travailler pour nous mais qui en faite travaillent pour leurs amis et leur propre bien-être...... Il faudrait que nos dirigeants aient une once de moral pour que le système soit moral... Mais la morale ils ne savent que nous la faire.... Peut-être vivrons nous un jour une nouvelle révolution et on verra enfin tous ces dirigeants trembler, et plus peut-être.......

samedi 10 janvier 2009

Les bons mots de Nico

Le 8 et 9 janvier Eric Besson, le transfuge, le traitre du parti socialiste ou tout simplement celui qui a eu le courage de dire tout haut tout ce que les socialistes pensent tout bas a organisé un colloque intitulé "Nouveau monde, nouveau capitalisme" avec comme invités Angela Merkel, Tony Blair et Nicolas Sarkozy. Que des invité prestigieuxc pour un colloque qui n'a pour but de laisser les choses dans l'état où elles sont. Une manière de faire croire que les choses vont changer... Notre cher président, qui comme a son habitude est sur tous les fronts, a les solutions a tous les problèmes a dit ceci (entre autre)

"La crise du capitalisme financier n'est pas la crise du capitalisme. Le remède à la crise que nous connaissons n'est pas l'anticapitalisme. La crise du capitalisme financier n'appelle pas à la destruction du capitalisme qui serait une catastrophe mais à a sa moralisation"

Voilà, tout est dit, il ne changera rien au système mais ça on s'en doutait un tout petit peu, mais comment veut-il moraliser un système qui à la base est immoral. On se doutait que rien ne changerait, pas avec tous ces politicards qui depuis des dizaines d'années sont les promoteurs de ce néo-libéralisme qui fout la merde sur toute la planète.... Les dérives de ce capitalisme sont à l'origine de toutes les crises (pétrole, crise alimentaire, insécurité sociale, précarité, pauvreté) mais pourquoi changer tout ça ? Les Français ont voté, votent depuis des années pour ces personnages alors on ne va pas les changer. Pourquoi changer un système basé sur les inégalités, qui ne fait que creuser le fossé entre pauvres et riches, qui ne fait qu'enrichir une poignée de salopards dont les hommes politiques sont les pantins. Non, on ne va pas changer, ça serait, comme le dit notre cher mérpisant de la république, une catastrophe... Mais une catastrophe pour qui ? Pour les millions de gens qui n'ont pas à manger sur cette planète, pour les millions de gens victimes des spéculateurs de tout poils ? Non pour eux, la catastrophe a déjà eu lieu et continuera encore tant que durera ce système. Ce serait une catastrophe pour toutes ces sociétés qui prennent les populations en otage pour leurs profits, une catastrophe pour toute cette classe politique qui vit grassement de toutes ces lois faites pour les castes de riches.
Alors non, ne changeons rien, ce n'est pas le capitalisme qui est en cause, mais ses dérives... Mais ces dérives ne sont-elles pas tout simplement dues au capitalisme. La course au profits est la cause de la crise actuelle, des crises actuelles. Pourquoi changer ? On va distribuer un peu d'argent (quelques milliards) aux responsables pour qu'ils s'en sortent et la machine va repartir de plus belle.
On devrait passer la corde au cou de tous ces politiques responsables de la crise, et qui ont le culot de se poser en sauveur. Comment pourrait-on changer quelque chose au système quand on laisse aux incendiaires le son d'éteindre le feu ?
Des changements il y en aura sans doute mais pas pour les responsables.

C'est la crise mes chers concitoyens alors faites des efforts et acceptez les choses sans broncher... Nous les politiciens, avec nos amis patrons et banquiers sommes responsables de la crise mais on va aussi la résoudre. On va vous sortir de la crise, mais pas de la façon dont vous pensez, en créant une crise encore plus profonde... On va aider les responsables et vous, vous allez en chier un peu plus, mais que voulez-vous ? On ne peut pas aider tout le monde, et nous, on a décidé d'aider les coupables, pas les victimes

Voilà en quelques mots ce qu'aurait été le discours de ce cher président si, comme tous les hommes politiques, il n'avait pas l'habitude de raconter des conneries à chacunes de ses interventions, à bourrer le mou à tout le monde, mentir et surtout penser qu'il est le sauveur du monde alors qu'il en est le fossoyeur......

lundi 29 décembre 2008

Une cafetière à 25000 euros pour Sarkozy dans son avion

Info à vérifier.....

Alors qu'il passe Noël et le nouvel an loin de la France, au Brésil, une nouvelle dépense de Nicolas Sarkozy aux frais du contribuable risque de faire du bruit.

On savait déjà que dans sa quête de reconnaissance, Nicolas Sarkozy voulait un avion comme les grands, comme les américains. Il s'est donc fait payer par le ministère de la défense, pour plus de 200 millions d'euros, un avion comme celui du Président des USA. Le Chef d' Etat-Major de l' Armée de Terre a voulu peut-être être ironique quand il a dit lors de son audition par l'assemblée nationale qu'il ne demandait pas 100 millions supplémentaires car il connaissait la situation du pays ...alors même que les soldats français en Afghanistan sont sous-équipés ..

Nicolas Sarkozy en a donc aussi profité pour demander 2 Falcon 7X, les derniers nés des jets de Dassault mais le problème était que de nouveaux modèles n'étaient pas disponibles avant longtemps. C'est donc un bon ami du président de la République, Vincent Bolloré, qui a cédé sa place en liste d'attente du 7X pour que Nicolas Sarkozy puisse avoir son joujou. Les militaires qui devaient signer la facture ont donc pu remplir l'ordre présidentiel avec quelques ajouts comme par exemple une machine à café à 25000 euros !

On ne sait pas si c'est Carla Bruni qui a choisi la cafetière mais on espère que pour ce prix, Nicolas Sarkozy va pouvoir faire le malin devant les autres chefs d' état et que sa frénésie de dépense du budget public sera un peu apaisée...

Source : http://www.impots-utiles.com/une-cafetiere-a-25000-euros-pour-sarkozy-dans-son-avion.php

Information à vérifier bien-sûr mais ça ne serait pas étonnant vu l'amour que notre cher président porte au luxe et à tout ce qui brille. Toutefois, j'aimerais quand même qu'est-ce qu'elle peut avoir de particulier cette cafetière pour couter si chère...... En tout cas pour certains le père-noël est passé cette année....

dimanche 28 décembre 2008

La crise est en vacances

Vous avez remarqué comme la crise a disparu du petit écran ? Bizarre non ? La plus grande crise financière qui n'ait jamais eu lieu a quitté la une de l'immense majorité des journaux (télévisés ou papier). Si seulement les vacances de noël pouvaient continuer, on n'en entendrait plus parler et elle se finirait sans doute. Il y a peut-être 2 raisons à ça :
- Tous les "experts" bien pensant sont partis se la couler douce pendant les vacances, parce que pour eux, pas de crises, les vacances sont toujours là, les vacances "à la neige" sans doute, alors des milliers, voire des millions de personnes peuvent bien se prendre cette crise en pleine gueule, les vacances c'est sacré, on les prend quand même, les victimes attendront...
- Pourquoi continuer à parler de la crise aux Français quand il s'agit plutôt de les inciter à aller acheter les bonnes choses que les annonceurs vantent dans leurs pub. A nous le foie gras, les petits fours, les bonnes volailles..... Parler de crise pendant cette période de noël pourrait rappeler aux Français que les temps sont durs et qu'ils vont l'être de plus en plus, miner leur moral et freiner la frénésie d'achats de noël. Pas questions que les rayons des supermarchés restent plein, il faut les vider et faire la fête, en famille, entre amis. Rappeler la crise c'est plomber le moral et freiner la consommation... Consommation, la seule "valeur" qui reste de noël. Consommer de bon produits pour se souhaiter une bonne année... souhait qui ne se réalisera pas malgré tous les plans géniaux que notre cher méprisant de la république nous concocte. D'ailleurs, il est aussi parti en vacances avec la poupée barbie. Ca fait d'ailleurs du bien de ne plus le subir tous les jours....
Alors profitez des joie des fêtes de fin d'années, parce qu'avec la nouvelle année on va avoir droit à nos augmentations habituelles, augmentations qui vont encore nous appauvrir un peu plus, mais on va surtout avoir droit au retour de la crise et toutes ses néfastes conséquences sur nos vie. Bonne crise 2009 !

lundi 15 décembre 2008

Souvenez vous

Je veux si je suis élu, président de la République, que d'ici 2 ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir Ce mots, notre cher méprisant de la république les avait prononcés il y a 2 ans, à Charleville Mézières (Ardennes), lors d'un des ses innombrables discours d'avant présidence, un de ces discours où il promet tout et n'importe quoi.
Alors ? Le bilan, 2 ans après ? Ben tout va bien dans le meilleur des mondes, le nombre de SDF ne cesse d'augmenter (la fondation Abbé Pierre l'estime à 100 000 personnes pour 2008 et une étude de l'Insee parle de 86000 pour l'année 2001). On pourrait douter de la véracité des chiffres, car les SDF sont difficiles à comptabiliser... On peut estimer qu'il y a eu AU MOINS 15000 personnes de plus mises à la rue en 7 ans. Pari perdu pour notre cher président. Mais il ne faut quand même pas lui imputer ces chiffres, il n'est pas responsable de toute la misère du monde non plus ? On ne va pas l'accabler, il le fait très bien tout seul.
On aurait pu douter de la véracité de ses propos à Charleville, il suffisait simplement de regarder ce que ce "grand" homme a fait dans la ville qu'il gérait, les logements sociaux représentaient environ 3%.... Ca donne à réfléchir.
Bien-sûr il n'est pas le seul responsable de toute cette misère, les socialistes (enfin, ils se nomment comme ça) le sont tout autant. Toujours aussi prompts à critiquer les mesures du gouvernement, ils n'ont pas fait grand chose quand ils étaient "au responsabilités"
Et demain ? Les choses vont-elles s'arranger ? Bien-sûr que non, parce qu'après la crise sociale qui ronge le pays depuis des années, la crise financière est apparue. Bien-sûr la crise financière touchait déjà des milliers de personnes, mais le CAC40 allait bien alors personne ne parlait de crise majeure. Mais maintenant les banques vont mal, elles ont joué, et on a perdu. La situation ne risque pas de s'arranger parce que depuis plusieurs années, on parle de "travailleurs pauvres", des gens qui, malgré un travail vivent dehors ou dans des logements qui n'en sont pas. Les plans de licenciements se multiplient à vitesse "grand V", parfois même malgré des bénéfices records des entreprises (Arcelor-Mittal), plongeant de plus en plus de familles dans la précatrité
Le gouvernement actuel les aidera-t-il, tous ces gens victimes de la cupidité d'actionnaires qui ne veulent pas que leurs bénéfices baissent, quitte à licencier ? Non bien-sûr, il va même en rajouter plusieurs couches ; avec par exemple la loi sur les heures sup, qui permet aux entreprises "d'offrir" des heures sup aux employés au lieu d'embaucher. Distribuer l'argent aux banques pour leur permettre de faire tourner l'économie, mais ces banques ne le font pas, et certaines sociétés qui vont bien sont obligées de fermer parce que les banques ne font plus ce qu'elles faisaient avant, par peur. Peur de leur propre système. Le travail à 70 ans, sur la base du volontariat (au départ), mais on sait ce que volontariat veut dire pour les entreprises. Le travail du dimanche, qui n'a aucun intérêt pour une économie mauribonde, qui n'a d'ailleurs aucun intérêt, à part celui d'offrir la possibilité aux entreprises de faire un peu plus d'argent. Cette loi, qui n'a pour but.... aucun but en fait, à part celui de faire passer toujours plus de lois ultra-libérales, dogme on ne peut plus précieux de notre cher Président.... Alors 2 ans après ses promesses, Sarkozy n'a rien fait mais a plutôt défait et la crise va lui permettre de continuer dans sa lancée.... Les temps promettent d'être durs pour l'immense majorité d'entre-nous.

vendredi 12 décembre 2008

Il est devenu muet

La crise commence gravement à faire des victimes.... Des usines ferment, d'autre profitent de la crise pour délocaliser (Arcelor Mittal par exemple), d'autres encore mettent les ouvriers au chômage technique (les constructeurs automobiles), et tout ça malgré le génial plan anti-crise de notre cher méprisant de la République.
Bizarrement, le personnage le plus médiatique de l'année, le sauveur de tout un peuple, voir de tout un continent, celui qui a la solution à tous les problèmes reste muet. Il débloque des milliards pour ses amis banquiers, ils créent une prime à la casse pour que ses amis patrons de l'industrie automobile ne perdent pas de bénéfices mais malgré tout ça les licenciements se multiplient un peu partout dans le pays, et plus bizarrement encore on ne le voit pas. Lui qui doit se réjouir de voir toutes ces mouches à merde de journalistes courir pour l'interroger, ou plutôt boire ses paroles, ses bonnes paroles concernant les solutions à la crise dont il est, comme toute la classe politique, le responsable. Bizarre non de ne pas le voir venir rouler des mécaniques devant les caméras pour distiller la bonne parole. Bien sûr qu'on ne le voit pas, parce qu'il devrait expliquer pourquoi, malgré ses excellentes solutions à la crise, celle-ci continue à toucher les salariés... Peut-être ne le voit-on pas tout simplement parce que pour lui la crise est finie, il a sorti d'affaire les banquiers/voleurs en distribuant l'argent du contribuable ou plutôt en assurant ces charognards que l'état serait là pour les aider. Il a créé une aide pour les constructeurs automobiles, aide qui n'empêche pas les constructeurs de se débarrasser de tous les précaires, de mettre des centaines voir des milliers de famille dans la mouise.
Bref, des mesures qui ne servent à rien, à rien pour les Français, on peut le voir tous les jours avec ces annonces de licenciements un peu dans tous les secteurs, mais lui ne vient toujours pas à la tribune pour distiller la bonne parole, trop occupé qu'il est à faire le beau avec ses homologues européens.
Il est toujours plus intéressant de faire croire qu'on s'occupe de plusieurs pays, quand on est incapable de s'occuper du sien....

jeudi 11 décembre 2008

Information à vérifier....

__nouvelle loi à compter du 1er janvier 2009 !!!!!

Pour résoudre , sûrement , le problème économique et de chômage que pose le secteur automobile ......le gouvernement avec l'assentiment de nos chers députés vient de faire passer en douceur un texte sur lequel il n'y a eu aucune communication ....et les journalistes sont d'une discrétion absolue là dessus ......:
L'info vient de m'être adressée par un ami assureur qui a été informé lui même par le siège de sa compagnie :
"Chers amis Comme vous le savez je travaille dans l assurance et nous avons appris hier qu'à partir du 1 janvier 2009 lorsque vous aurez un accident avec votre voiture, votre assureur devra missionner un expert pour chiffrer les réparations (jusque là rien d'anormal), sauf que l'expert devra, en plus, vérifier 21 points de contrôle du véhicule ....même si celà ne concerne pas le choc initial et même si votre contrôle technique récent était O.K.
Bref si l'un de ces 21 points n'est pas conforme ou en état de fonctionner, votre carte grise sera gelée en prefecture (conséquence: impossible de vendre votre voiture), et vous aurez alors 3 jours pour accepter de réparer le ou les points non conforme(s), à défaut, votre voiture sera immobilisée au garage.
Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, si vous réparez et que les points non conformes n'étaient pas liés au sinistre, l'expert devra revenir pour valider les travaux, et ce, à votre charge bien sûr! Sans oublier bien sûr les malus ....au cas ou vous seriez responsable de l'accident . Un moyen de relancer les ventes de voitures récentes .....ou de voitures neuves qui encombrent les parking des constructeurs !!!! ..et ce seront encore les assureurs qui passeront pour des voleurs, et bien non! il faut savoir que ce sera la loi ....tout simplement. Une façon de donner également du travail aux garagistes qui devront embaucher pour faire face.....(CQFD) D'ici que dans un texte prochain on décrète que les voitures de plus 5 ans doivent être mises à la casse ..... Rappelez vous : tout d'abord le "contrôle technique" a été institué pour les véhicules atteignant 5 ans ....puis on l'a ramené à 4 ans avec une visite ensuite tous les deux ans .....Vous verrez que dans quelques temps on verra nos chers députés de tous bords voter un texte ou il sera décrété que les voitures de plus de 4 ans n'auront droit qu'à un contrôle technique et que passé la validité de 2 ans de ce contôle ....la voiture devra être mise à la casse ..... Vous verrez ....
Alors à compter du 1er Janvier 2009 redoublez d'attention sur la route car le moindre accrochage va être "hors de prix"...et on n'aura pas fini de voir les délits de fuite après un accrochage ,même banal .... "
A bon entendeur ...salut . Bonne soirée et diffusez largement à vos amis cette info ...pour qu'ils ne soient pas surpris le jour ou ils auront un accident car vous le savez ...nul n'est censé ignorer la loi ...( c'est pourquoi il n'y a pas de communication là dessus ..il suffit de lire le Journal Officiel ...)__

Voilà, j'ai cherché sur le net, sur les sites "officiels" du gouvernement mais rien du tout... Personnellement ça ne m'étonnerait pas qu'ils fassent ce genre de chose, très bonne pour le pouvoir d'achat... Après la prime à la casse pour relancer le secteur automobile (qui ne marchera pas), on va peut-être passer à l'obligation d'acheter... Mais avec quel argent ? Si vous avez des infos complémentaires je suis preneur.....

vendredi 5 décembre 2008

Un plan historique

Et voilà, notre sauveur a parlé aujourd'hui et la crise peut être considérée comme terminée. Il n'a pas dit ça mais il avait l'air tellement satisfait de lui qu'on pouvait le croire.
Alors en quoi consiste son plan ?
Un prime à la casse, c'est à dire un versement de 1000 euros pour l'achat d'un véhicule neuf émettant moins de 160 grammes de CO². Vraiment une idée grandiose pour sortir de la crise !! Mais pour ça il faudra quand même investir dans une voiture neuve. Quand on sait le niveau du pouvoir d'achat des Franaçis.... Pouvoir d'achat, mot qui remplace désormais pauvreté, parce que pauvreté c'est négatif, alors que pouvoir d'achat non, même si celui-ci est négatif dans les faits. Donc une prime de 1000 euros qui va concerner qui ? Vous pensez vraiment que les personnes qui ne peuvent pas se payer une voiture neuve vont le faire parce qu'on leur offre mille euros ? Bien-sûr que non, mais ça Sarkozy ne le sait pas, il gouverne par l'émotion, dans son propre monde, pas dans le monde réel...
Deuxième énorme idée, le doublement du prêt à taux zéro, qui va permettre aux gens voulant devenir propriétaire d'avoir un prêt sans intérêt, et le montant de ce prêt, calculer suivant certaines conditions va être doublé. Encore une merveilleuse idée qui ne va pas concerner les Français mais seulement une petite partie. Parce que la grande majorité d'entre nous ne peut pas devenir propriétaire par manque de moyens....
Par contre, encore des cadeaux aux entreprises, cadeaux qui au final creuseront les déficits de l'état. Cadeaux faits sans aucune contrepartie bien entendu, mais accordés sur la simple bonne foi du patronat. Quand on connait la bonne foi qui caractérise le patronat depuis des années on peut être rassurés.
Le lancement de la construction de 70000 logements sociaux supplémentaire.... Youpi, des logements, mais il y a encore un hic dans ce si beau programme, les logements, même sociaux sont aussi devenus trop chers pour le communs de mortels.
Bref, un plan qui ressemble plutôt à la suite de la politique ultra-libérale du président du pouvoir d'achat. Aucune annonce concernant les salaires, d'ailleurs quand on l'entend parler on se demande si il sait que dans les entreprises il y a autre chose que des capitaux et des dirigeants mais qu'il y a aussi des êtres humains qui ont de plus en plus de mal à s'en sortir.
Notre cher président se sert de la crise pour continuer ses réformes, sans aucune concertation, comme tout bon démocrate néo-libéral qui se respecte. Quand on voit tous ces petits toutous du gouvernement ou ces pauvres patrons se réjouir de son plan, on a de quoi se faire du soucis, parce que si eux sont contents des annonces, cela veut dire qu'elles vont à l'encontre du bien être de la majorité de la population..

Il va effectivement être le président du pouvoir d'achat, de celui de ses amis et du sien mais certainement pas de celui des Français. D'ailleurs se rappelle-t-il encore qu'outre sa cour qui applaudit et se réjouit à la moindre de ses gesticulations, il y a en France des gens qui souffrent... Non, pour lui tout va bien, rassurez vous !!!!

Alors historique son plan l'est sans aucun doute, mais par son inutilité et son inefficacité évidente.

samedi 1 novembre 2008

Change we can

A quelques jours des élections américaines, tous les médias souhaitent, espèrent, prient pour la victoire de Barak Obama, qui représente une immense chance pour des millions d'américains mais aussi pour le reste de la planète.
Mais pourquoi une chance pour le monde et le peuple américain ? Les "têtes pensantes" médiatiques et politiques ne jurent que par Obama, qui incarne le changement, la rupture avec le précédent pitoyable président américain.
Il faut déjà qu'il soit élu, ce qui n'est pas une mince affaire dans un pays où le racisme est encore bien trop présent, ou des relans de ségrégation se font encore sentir... Ca lui enlève déjà pas mal de chance de victoire et surtout, un pays qui fait voter ses électeurs sur des machines à voter aussi facilement piratable.
Alors partons du principe qu'il gagne. Cela va-t-il changer quelque chose pour le quotidien des américains, dont des millions sont victimes des 8 dernières années d'une politique désastreuse de l'administration Bush. Je ne pense pas que cela change grand-chose, malgré toutes ses belles promesses de campagne la situation restera la même pour pas mal de monde, parce qu'il est comme tous les candidats aux élections, il promet monts et merveilles pour se faire élire et ensuite, rien. Comme on l'a vu en France, avec l'actuel président qui a fait campagne sur la rupture, le changement. La seule rupture qu'il a su faire c'est la rupture sociale, creuser les inégalités, donner aux riches, prendre aux pauvres.... Alors changement c'est sûr, parce qu'il est noir, mais je pense que ce sera le seul et unique changement que les américains peuvent attendre.

jeudi 30 octobre 2008

Une caste au secours d'une caste

Comme c'est impressionnant en ce moment, l'argent coule à flots... Plus questions d'un état en faillitte (Fillon) ou des caisses vides (Sarkozy).. Non là on a de l'argent à profusion. Enfin on, ils ont de l'argent à profusion.
Les hommes politiques nous racontent depuis plusieurs années que l'état n'a pas d'argent, que les travailleurs doivent faire des efforts, tous les efforts. Les caisses de la sécurité sociale sont vides, le régime de l'Unedic bat de l'aile, bref, on est dans un pays qui ne peut pas donner à tout le monde, tout le temps, parce que l'argent il n'y en a plus... Mais voilà, la caste des hommes politiques, qui est élu par le peuple, le petit peuple qu'ils méprisent tant, est toujours en train de taper dessus ou culpabiliser le méchant chômeur, le parasite qui profite des deniers de l'état, le méchant immigré qui travaille au noir et qui ne cotise pas aux caisses, le méchant malade qui ruine un système de santé qui n'a plus d'argent depuis des lustres. Bref, tout est de notre faute tout le temps, on est responsable de tout, tout le temps. Bref cette caste des possédants vient au secours d'une autre caste de possédant. Les banquiers, responsables de la crise actuelle, qui vendraient père et mère pour quelques billets, qui ruinent toutes les économies (avec l'appui des hommes politiques), bref, on vient en aide aux responsables d'une crise qui va toucher des millions de personnes.
Le président Sarkozy, cet ultra-libéral inféodé aux grand patrons, aux médias, aux possédants vole à la rescousse de ces gens, et tout ça sans aucune contrepartie. On prête aux banques pour qu'elles puissent éponger les pertes abyssales qu'elles subissent, et tout ça, faut-il le rappeler, est de leur faute. Donc Sarko les aide, injecte des milliards dans les banques, sans qu'il soit possible à qui que ce de vérifier ce qu'il sera fait de cet argent...
Lespremières victimes de la crises apparaissent, les constructeurs automobiles, qui ont toujours été aidés par l'état, mais qui vont quand même licencier des gens...Dim, qui profite de la crise pour délocaliser, et ce n'est sans doute par la dernière entreprise qui profitera de la crise pour délocaliser, sous de faux prétextes, pour sauver les actionnaires. Sarkozy propose des mesures pour l'emploi, les emplois aidés, mais attention, il y aura "une lutte sans précédent contre la fraude et les fraudeurs" (dixit le président)... Alors il aide une caste de voleurs, les banquiers, sans leur demander quoi que ce soit et il va faire la chasse aux fraudeurs qui auront le culot d'essayer de toucher une misère de la part de l'état.

Les caisses sont vides c'est sûr, mais pas pour tout le monde, elles sont vides pour ceux qui les remplissent (nous) et pleines pour ceux qui les vident, ça doit être ça la démocratie moderne, qui s'apparente plus à un système féodal qu'à une société juste. Les possédants aident les possédants.....

mercredi 22 octobre 2008

Et c'est qui qui va rembourser

Sarkozy et sa bande a décidé récemment de prêter 10,5 milliards d'Euros à 6 banques françaises. Mais pourquoi prêter de l'argent à des banques ? Il n'y a pas si longtemps notre excellente ministre de l'économie Christine Lagarde nous rassurait en disant que le système financier français est beaucoup plus réglementé et moins fragile que le reste des banques. J'appellerais ça le "Syndrome Tchernobyl", le nuage radioactif qui s'est miraculeusement arrêté à nos frontières !

Bref, le système va bien mais il faut prêter aux banques, et selon ces mêmes dirigeants cela ne va rien nous couter. Alors il va falloir qu'il nous explique comment, par quel tour de passe-passe cela ne va rien nous couter. En tout cas, il n'est pas venu à la télé faire le beau pour nous abreuver de belles paroles, de beaux mensonges pour faire passer la pilule.... On ne trouve pas d'argent pour le RSA, ou alors très difficilement (bien que le RSA, dans son principe, soit des plus contestables) mais pour les banques on en trouve systématiquement.

Petite explication de texte. L'état prête 10,5 milliards d'Euros aux banques pour qu'elles puissent continuer à faire tourner l'économie (financer les entreprises, les collectivités locales, etc...) Donc l'état emprunte à la place des banques (parce que les prêteurs ne se font plus confiance entre eux, l'état vient se porter garant en empruntant à leur place), cet emprunt, comme tous les emprunts, sera rembourser avec des intérêts (8% dans ce cas là il me semble). Ensuite l'état prête aux banques, avec des intérêts aussi bien entendu, les banques prêtent ensuite aux entreprises ou aux collectivités locales, avec des intérêts aussi bien entendu. Donc, à la fin, il y a donc 3 intermédiaires donc accumulation des intérêts à rembourser.

Mais alors, qui va les rembourser à votre avis ? Et bien comme d'habitude, ce sera nous, le contribuable ou le salarié. De quelle manière ? Et bien dans le cas de l'entreprise, qui refusera forcément de faire des concessions sur les bénéfices, l'argent des intérêts sera récupéré sur les salaires, les primes ou tout simplement les embauches. Du côté des collectivités locales, et bien par l'impôt bien entendu. Donc l'état aide, sauve les coupables et tape indirectement tout le temps dans le même porte-monnaie, le notre, directement ou indirectement. Et pour aider les entreprises, vous pensez que l'état fera quoi ? Et bien certainement baisser encore un peu les charges pour leur permettre de s'en sortir. Et l'argent que l'état ne va pas récupérer dans l'entreprise il le récupèrera chez le salarié, mais autrement.

Bref, Sarkozy, l'ultra-libéral martèle sans cesse depuis le début de la crise (enfin depuis qu'il a admis la crise) qu'il faut modifier les comportements mais toutes les aides qu'il accorde aux banques les conforte dans leurs actions. A aucun moment il ne va les obliger à changer de comportement, bien au contraire. Il a récemment déclaré que ce n'est pas le libéralisme qui est à remettre en question mais les excès du libéralisme. Mais les excès du libéralisme ne sont-ils pas dûs tout simplement au principe du libéralisme ??

mardi 30 septembre 2008

Les caisses sont vides

Aujourd'hui Sarko recevait les assureurs et les banquiers, vous savez, ceux qui font toujours tout pour ne pas vous rembourser ou vous voler de l'argent quand vous n'en avez plus... Et bien notre cher président a décider de renflouer la banque Franco-Belge Dexia, victime de la crise actuelle. Cette banque est victime mais certainement pas coupable d'avoir voulu se faire de l'argent sur le dos des gens. Ca fait un peu comme le nauge de Tchernobyl, qui s'était arrêté aux frontières !! Le système bancaire français est un des plus sûr du monde qu'il dit. Il prend vraiment les gens pour des gogos. On nous dit que les caisses sont vides, que l'état n'a plus d'argent, qu'il faut travailler plus pour gagner plus, comprendre qu'il est nécessaire d'accepter de ne plus se faire rembourser des prestations sociales mais dans le même temps il aide des banques qui coulent. Encore une belle preuve que tout se petit monde se fout de la gueule de tout le monde, que l'argent existe bien mais qu'il n'est pas destiné à la population comme ça devrait être le cas. Il sert à enrichir les riches ou à corriger leurs erreurs. Combien cela va-t-il coûter au contribuable au final, il est trop tôt pour le dire mais on peut être sûr que Dexia n'est certainement pas la seule banque qui bénéficiera des deniers de l'Etat, état en faillite comme le disait Fillion il n'y a pas si longtemps....

lundi 29 septembre 2008

Oh les méchants communistes !

http://afp.google.com/article/ALeqM5ij6Ovo_AnxuWTU1k5Z1WzevXeGfA

Lisez cet article et vous verrez comment les dirigeants de ces pays (qui font partie de l'Europe) volent au secours d'une banque qui a essayé de jouer en bourse mais qui a perdu. On est bien dans le principe capitaliste actuel, on privatise tout ce qui peut rapporter de l'argent et on nationalise tout ce qui en perd.... même si ces entreprises jouent des jeux risqués en bourse.... On voit bien là les limites de politiques ultra-libérales qui dénoncent constamment les états internventionnistes et qui prétendent que le marché doit se réguler tout seul. Les banques jouent, elle perdent et demande le secours de l'état pour s'en sortir... c'est un peu facile mais ça marche. Les simples citoyens peuvent se plaindre, on leur dira "mais pour vous en sortir il faut le vouloir, nous on ne peut rien pour vous....les caisses sont vides" mais quand il s'agit d'aider les mêmes qui mettent des centaines voire des milliers de gens à la rue, pas de problème, l'argent existe. L'europe, le monde, prétend que la privatisation est nécessaire, voire obligatoire pour s'en sortir et que ceux qui pensent le contraire ne sont que des méchants communistes qui n'ont rien compris... par contre on redevient communiste quand il faut sauver les pourris.... bravo !!!

page 2 de 2 -