Pas content

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Etats-Unis

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 2 mai 2011

Et maintenant..

Youpi !! Tout le monde occidental se réjouit de la mort, hier, dimanche 1er mai, de l'ennemi public numéro 1 des "démocraties" modernes, j'ai nommé Oussama Ben Laden !!!

10 ans !! Il aura fallu 10 ans à la plus grande armée du monde pour se débarrasser d'un seul homme... Pas mal non ??? Il aura fallu dépenser des milliards de dollars, tuer des milliers d'innocents (que ce soit du côté américain ou du côté Irakien, Afghan et autres) pour se débarrasser de cet homme. Et maintenant, ça change quoi ? A part le fait que tous les "démocrates" de la planète se félicitent ? Le terrorisme va-t-il être éradiqué de la planète ? La guerre Occidentale, lancée par Bush, contre le monde musulman va-t-elle s'arrêter pour autant ? Le complexe militaro-industriel américain va-t-il pour autant cesser de se remplir les poches sur des guerres illégales ? (Irak, Afghanistan, etc, etc) ? Bien-sûr que non parce que tuer celui qui est tenu pour responsable des attentats du 11 septembre ne va pas arrêter les extrémistes des tous bords (islamistes, religieux, républicains américains) de continuer à se faire la guerre à coups de milliards mais surtout à coup de centaines de vies... A une époque les Etats-unis avaient comme ennemis les pays communistes, ce qui permettait de vivre dans la paranoïa et de faire surtout prospérer les industries de mort des 2 côtés, le bloc communiste s'est effondré et les dirigeants américains ont trouvé le nouveau bouc-émissaire pour maintenir son système en place : l'islamiste, le barbu, le sauvage qui vit dans les montagnes... Alors la mort de Ben Laden, qui sonne comme une victoire de l'ami américain, n'est qu'une sorte de bonne nouvelle pour justifier tous ces milliards dépensés tous ces mensonges, et apaiser un peu les contestataires du nouvel ordre mondial et ne fera sans doute pas oublier les milliers de morts des 2 côtés, une guerre illégale engagée sous de faux prétextes, un pays détruit, un autre en passe de l'être, la montée de l'islamisme radical en réponse à l'impérialisme guerrier de Bush et ses amis qui ont voulu une guerre de civilisation... Ben Laden est mort mais la guerre de l'occident contre le monde musulman n'est pas prêt de se terminer, à moins que ces pays trouvent un nouvel ennemi planétaire à combattre (par exemple la misère, la pauvreté, la faim, les maladies)... mais dans ce cas, les bénéfices du complexe militaro-industriel fondraient comme neige au soleil et c'est inconcevable, surtout aux états-unis !!!!

De plus, les Américains auraient "jeté" le corps de Ben Laden en mer... pratique non ?? Comme ça leur version est incontestable... Bizarre de "balancer" le corps de l'ennemi public numéro 1, recherché depuis des années, comme ça pas d'autopsie, pas de preuve, pas de possibilité de prouver les dires de la plus "grande démocratie" du monde.... Serait-ce une petite astuce électorale de celui qui a prétendu fermer Guantanamo, arrêter la guerre illégale en Irak... En tout cas on peut s'attendre à des représailles de la part des soutiens de Ben Laden, parce que mort ou vif, il a et aura toujours des soutiens....

mardi 27 juillet 2010

Petite devinette

Celui qui trouve ce que Sarko et son gouvernement ont fait de bien depuis sa prise de pouvoir gagne toute ma gratitude...

Et je ne parle pas des cadeaux divers et variés qu'il a pu faire à ses amis, mais de ce qu'il a fait pour la population dans son ensemble....

mardi 20 janvier 2009

Casse toi pauvre con

C'est aujourd'hui que le nouveau dieu des médias prend ses fonctions... Le sauveur du monde, le messie, l'incarnation du bien selon tous les médias, qui ne savent plus quoi dire sur cet homme qu'ils ont placé, avant qu'il ait fait quoi que ce soit, sur un piédestal. Barack Obama va devenir aujourd'hui le 44ème président des Etats-Unis !!!
Formidable ! Extraordinaire ! Merveilleux ! Fantastique ! Il va sauver le monde et relancer l'économie à lui tout seul !!! Les journalistes sont en extases devant le nouveau président. On peut effectivement trouver ça génial que le pays de la ségrégation, que le pays de l'esclavage, que le pays du Ku Klux Klan élise un président noir. Mais voilà, il reste avant tout un président américain, alors vous pensez que ça va changer beaucoup de choses ?
Ce qu'il y a de formidable surtout c'est que Bush se barre, il devrait être envoyé à Guantanamo et torturé mais on ne peut pas tout avoir dans la vie...
C'est sûr que la nouvelle administratino américaine risque d'être un peu moins raciste et guerière que la précédente mais les Etats-Unis ne sont pas devenus en 1 jour le paradis que toutes les brochures d'agences de voyages veulent nous vendre....
Il (Obama) veut arrêter la guerre en Irak mais garde l'ancien chef va-t-en guerre de l'administration Bush à la tête du pentagone... Change we can !!! Il dit qu'il va fermer Guantanamo, le camp de concentration ouvert par Bush mais il dit, après son élection bien entendu, que ça ne sera pas si facile et rapide que ça. Bref, il prend des gens pour son administration mais pas forcément les bons, il reprend d'anciens personnages qui n'ont pas forcément brillé par leurs compétence (Robert Gates, Hillary Clinton). Alors "Change we can" c'est sûr (un peu dans le genre, "avec moi tout est possible"), mais de toute manière le changement aurait été effectif de toute manière parce que faire pire que Bush il fallait trouver la personne capable de ça, et pas de bol pour les américains, c'est nous les Français qui l'avons....
Alors les journalistes devraient arrêter de lécher l'écran dès qu'Obama apparait et attendre de voir ce qui va réellement se passer. Personnellement je ne pense pas que ça va changer grand-chose, surtout avec la crise qui frappe la planète. En tout cas il faut quand même se rappeler qu'il est président des Etats-Unis, pas de la planète entière.... Alors pour nous Français ça ne va sans doute par changer grand-chose, à part qu'on va peut-être moins voir notre président à la télé...A chacun son président, bien que je pense que les Français refileraient bien volontier le notre contre celui des Etats-Unis, parce que nous notre Bush national on l'a encore jusqu'en 2012.....

lundi 29 décembre 2008

Une cafetière à 25000 euros pour Sarkozy dans son avion

Info à vérifier.....

Alors qu'il passe Noël et le nouvel an loin de la France, au Brésil, une nouvelle dépense de Nicolas Sarkozy aux frais du contribuable risque de faire du bruit.

On savait déjà que dans sa quête de reconnaissance, Nicolas Sarkozy voulait un avion comme les grands, comme les américains. Il s'est donc fait payer par le ministère de la défense, pour plus de 200 millions d'euros, un avion comme celui du Président des USA. Le Chef d' Etat-Major de l' Armée de Terre a voulu peut-être être ironique quand il a dit lors de son audition par l'assemblée nationale qu'il ne demandait pas 100 millions supplémentaires car il connaissait la situation du pays ...alors même que les soldats français en Afghanistan sont sous-équipés ..

Nicolas Sarkozy en a donc aussi profité pour demander 2 Falcon 7X, les derniers nés des jets de Dassault mais le problème était que de nouveaux modèles n'étaient pas disponibles avant longtemps. C'est donc un bon ami du président de la République, Vincent Bolloré, qui a cédé sa place en liste d'attente du 7X pour que Nicolas Sarkozy puisse avoir son joujou. Les militaires qui devaient signer la facture ont donc pu remplir l'ordre présidentiel avec quelques ajouts comme par exemple une machine à café à 25000 euros !

On ne sait pas si c'est Carla Bruni qui a choisi la cafetière mais on espère que pour ce prix, Nicolas Sarkozy va pouvoir faire le malin devant les autres chefs d' état et que sa frénésie de dépense du budget public sera un peu apaisée...

Source : http://www.impots-utiles.com/une-cafetiere-a-25000-euros-pour-sarkozy-dans-son-avion.php

Information à vérifier bien-sûr mais ça ne serait pas étonnant vu l'amour que notre cher président porte au luxe et à tout ce qui brille. Toutefois, j'aimerais quand même qu'est-ce qu'elle peut avoir de particulier cette cafetière pour couter si chère...... En tout cas pour certains le père-noël est passé cette année....

samedi 1 novembre 2008

Change we can

A quelques jours des élections américaines, tous les médias souhaitent, espèrent, prient pour la victoire de Barak Obama, qui représente une immense chance pour des millions d'américains mais aussi pour le reste de la planète.
Mais pourquoi une chance pour le monde et le peuple américain ? Les "têtes pensantes" médiatiques et politiques ne jurent que par Obama, qui incarne le changement, la rupture avec le précédent pitoyable président américain.
Il faut déjà qu'il soit élu, ce qui n'est pas une mince affaire dans un pays où le racisme est encore bien trop présent, ou des relans de ségrégation se font encore sentir... Ca lui enlève déjà pas mal de chance de victoire et surtout, un pays qui fait voter ses électeurs sur des machines à voter aussi facilement piratable.
Alors partons du principe qu'il gagne. Cela va-t-il changer quelque chose pour le quotidien des américains, dont des millions sont victimes des 8 dernières années d'une politique désastreuse de l'administration Bush. Je ne pense pas que cela change grand-chose, malgré toutes ses belles promesses de campagne la situation restera la même pour pas mal de monde, parce qu'il est comme tous les candidats aux élections, il promet monts et merveilles pour se faire élire et ensuite, rien. Comme on l'a vu en France, avec l'actuel président qui a fait campagne sur la rupture, le changement. La seule rupture qu'il a su faire c'est la rupture sociale, creuser les inégalités, donner aux riches, prendre aux pauvres.... Alors changement c'est sûr, parce qu'il est noir, mais je pense que ce sera le seul et unique changement que les américains peuvent attendre.

jeudi 25 septembre 2008

Fidel Sarko à la tribune

Comme il était beau notre président à la tribune, avec son noeud pap et son smoking, à faire un discours fustigeant le capitalisme financier, responsable de tous les maux.... Il faut contrôler la bourse et les méchants requins de la finance qui propagent la misère comme une trainée de poudre. C'est le même président qui n'est ami qu'avec les riches et les puissants, qui vote des lois pour permettre aux plus riches de ne pas trop payer d'impôts, qui supprime des remboursement sociaux, ce qui plombe le budget des plus démunis (de plus en plus nombreux) Il serait temps que la clique de journaliste qui ne font que boire les paroles de notre cher président ouvre un peu les yeux et soit plus objectif quant à leur rapport au pouvoir. C'est le même président, qui, d'un côté critique les grands patrons ou les agissements de la quasi-majorité des acteurs de la bourse et qui va lécher les bottes du plus méprisable des individus de notre époque : Bush. C'est le même président qui veut que tous les français soient propriétaires, quitte à les endetter à vie, voire subir la même chose que ce que des milliers, voire quelques millions d'américains ont subi, la mise à la rue.... Sarkozy copie la politique de son mentor - Bush - sans vouloir se rendre compte que des milliers de français, qui se laisseront avoir par ses belles promesses vont s'enfoncer dans la misère. Mais le principal pour lui c'est que ses amis riches et puissants puissent continuer à dominer le monde, non ?

mercredi 17 septembre 2008

Tout va bien....

Tout va bien en ce moment... Les salopards de banquiers et autres maisons de crédits, qui foutent la planète dans la merde par cupidité sont en train de se casser la gueule. On pourrait penser que les dirigeants, qui ne jurent que par le capitalisme pur et dur vont dire, comme pour les citoyens "normaux", ben pas grave, tout va mieux dans le meilleur des mondes, et si ça va mal c'est à vous de vous sortir de la merde dans laquelle on vous met. Mais là non, ces apôtres du libéralisme qui ne jurent donc que par le "démerde toi tout seul" se jettent au secours de ces pourris et comme par hasard trouvent l'argent pour les sauver. Il y a quelque temps, l'administration Bush avait clamé haut et fort sont refus de créer un système de protection sociale pour les enfants, ce qui fait que 10 millions d'enfants américains n'ont pas de couverture sociale, et tout ça sous prétexte qu'il n'y a pas d'argent dans le caisses... mais dès qu'un banque, qui met des milliers, voire des millions de gens à la rue, se casse la gueule, là il y a de l'argent. Pareil pour la France. "Je suis à la tête d'un état en faillite" disait Fillon il n'y a pas si longtemps, donc pas d'argent pour le commun des mortel, le gogo qui a voté pour le président de tous les Français, mais dès que ça va mal pour les banques, qui sont, il faut le rappeler, à l'origine de tous les maux, et bien là l'état a de l'argent.... Pendant les émeutes de la fin (dues il faut le rappelet aux spéculations sur les céréales et denrées alimentaires) on a vu des gens obligés de manger de la terre pour ne pas mourir, et les états, qui sont quand même là pour servir le peuple au départ, n'ont pris aucune mesure pour arrêter ces salopards qui se faisaient de l'argent sur la mort des gens. L'Europe a trouvé quelques misérables millions à distribuer pour calmer la populace affamée.... Les banques se cassent la gueule et c'est des milliards qu'on trouve pour les sauver.... L'europe avait vocation sociale qu'ils avaient dit, vocation sociale pour les riches, pas pour les pauvres gueux qui subissent.... Les Etats-Unis ont débloqué des milliards (700) pour sauver les banques, ce qui va coûter plus de 2000 dollars à chaque américain, pas mal après le gouffre financier de la guerre en Irak et surtout pour une société qui ne jure que par le "pas d'ingéreance de l'état dans les affaires privées"..... Encore une fois le capitalisme moderne a fait preuve de son mépris de l'être humain.... et ça n'est certainement pas la dernière fois... à moins que tout finisse enfin par s'écrouler....

vendredi 15 février 2008

Encore un beau geste de la part de Bush

La maison blanche, Bush et consors ont récemment annoncé que la pratique de la torture est devenue maintenant légale au pays de la liberté !! Bravo, encore une preuve que les occupants de la maison blanche sont des démocrates convaincus...... Légaliser le supplice de la baignoire (qui consiste à faire suffoquer une victime jusqu'aux limites de la mort) dans le cas de terrorisme pour faire parler les gens. Après leur camp de concentration pour barbus (guantanamo) voilà que la torture (qui devait déjà être pratiquée mais illégalement) est légalisée. Et quelqu'un a quelquechose à dire pour ça ? Moi j'ai rien entendu... Parler de Sarko et de ses frasques , y'a du monde. Parler de Sarko fils qui marche dignement sur les pas de son père, y'a du monde. Mais alors parler d'une chose aussi inhumaine que la torture, ça non, ça fait pas vendre !! On savait déjà que l'administration Bush est raciste (enfin surtout quand il s'agit de musulmans) et là ils le prouvent encore une fois. On se demande quand Bush va obliger les musulmans américains à porter un croissant jaune cousu sur leurs vêtements qu'on puisse plus facilement les parquer et ensuite....

lundi 21 janvier 2008

Vite ! Volons à son secours

La bourse s'affole, alors tout le monde s'affole. Bush, le trisomique de la maison blanche, a décidé un plan de sauvetage de plus de 140 milliards de dollars pour aider à la relance et éviter la récession. Aide destinée en majorité aux "payeurs" dimpôts, donc, pas aux ménages les plus pauvres, ce qu'on aurait pu espérer, mais les pauvres aux Etats-Unis existent-ils vraiment ? La bourse s'affole alors Bush décide un plan de relance pour l'économie, là pas de problème, il trouve de l'argent pour réparer les erreurs et autres magouilles de sociétés qui ont misé sur l'argent que les pauvres ne possédaient pas - pour les appauvrir encore plus et s'enrichir encore plus - les subprimes.... Bref, des milliers voir des millions de gens se sont retrouvés à la rue, mais pas de problème, on ne bouge pas.... Bush a aussi récemment refusé qu'une couverture maladie soit créée pour les enfants, pas de dollars dispos, les enfants peuvent crever, pas grave, les bénéfices de l'industrie pharmaceutique se portent bien. Mais quand la bourse perd de l'argent, là on se bouge et on prévoit un plan... bien entendu comme tout plan "libéral" il ne concerne pas les classes les plus pauvres mais les classes moyennes qui ont la "chance" de payer des impôts... Bref, le plan ne plait pas, alors toutes les bourses s'écroulent, et là c'est inquiétant ! Les gens qui meurent de froid dans les rue, les travailleurs pauvres qui se multiplient, les conditions de travail qui se détériorent, le pouvoir d'achat - cher à notre président - qui est en berne, ça, on ne s'en n'inquiète pas, normal, c'est une situation naturelle dans une économie ultra-libérale, mais la bourse qui s'écroule, alors là on s'inquiète pour toutes les mouches à merde qui perdent de l'argent..... Quelle douce époque !!!!

mardi 6 novembre 2007

God bless America

Le président George W. Bush a opposé son veto mercredi à un texte de loi étendant la couverture santé pour les défavorisés et les enfants, décision très risquée dont ses adversaires se sont saisis faute de pouvoir lui imposer leurs vues sur l'Irak, a annoncé la Maison-Blanche. C'est seulement la quatrième fois que M. Bush se sert de son veto en presque sept ans de présidence. Cet acte a suscité l'indignation chez ses adversaires démocrates, mais aussi la réprobation parmi certains de ses amis républicains.

Un an avant les élections, ces derniers s'alarment de passer pour des élus ne se souciant pas de la couverture santé des enfants.

Pour les démocrates, qui leur ont ravi la majorité au Congrès, ce veto peut être un aubaine. Ils ont perdu beaucoup de l'estime des Américains en échouant à imposer à M. Bush un retrait d'Irak, comme les électeurs semblaient leur en avoir confié le mandat en 2006.

Malgré la pression continue du mouvement antiguerre, les dirigeants démocrates paraissent avoir fait leur deuil de ce projet.

Et celui ou celle qui succèdera à M. Bush en janvier 2009, républicain ou démocrate, a tout intérêt à rester prudent sur l'Irak au cours de la campagne électorale en cours car il trouvera le dossier en arrivant à la Maison-Blanche.

Les démocrates pourraient ainsi se concentrer sur les dossiers intérieurs.

Or en opposant son veto à la proposition d'étendre un programme social existant, M. Bush va à l'encontre de l'opinion publique.

Selon un récent sondage, 72% des Américains approuvent la proposition de loi qui étendrait le Programme pour l'assurance santé des enfants (SCHIP).

SCHIP, créé en 1997 essentiellement pour faire face au nombre grandissant d'enfants sans assurance dans un pays notoirement connu pour de telles carences, couvre 6,6 millions de personnes, surtout des enfants de familles qui gagnent trop pour prétendre à la couverture de base mais pas assez pour payer une assurance privée.

Les démocrates, mais aussi nombre de républicains, ont approuvé une augmentation de 35 milliards de dollars sur cinq ans pour permettre à quatre millions d'enfants supplémentaires de bénéficier de SCHIP. Cet effort serait financé par une hausse de 0,61 dollar de la taxe fédérale sur les cigarettes.

M. Bush, dont l'image de «conservateur compatissant» a beaucoup souffert, a dit mercredi être attaché à SCHIP. Mais, avec l'extension du programme, un tiers des nouveaux bénéficiaires renoncerait à leur assurance privée au profit de SCHIP, a-t-il dit à Lancaster (Pennsylvanie).

La loi contreviendrait au grand principe de réduction des dépenses de l'État et de son intervention dans la vie des Américains selon lui. C'est là une différence «philosophique» avec les démocrates, a-t-il dit.

Les démocrates se sont saisis de l'occasion. Pour le sénateur Joseph Biden, candidat à la présidentielle, M. Bush «a refusé une couverture santé à 3,8 millions de gamins» alors qu'il «compte dépenser des milliards et des milliards de dollars en Irak».

Mais même des républicains se sont émus, comme le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger, «profondément déçu» que 775 000 enfants de son État soient privés des bienfaits de SCHIP.

Pour le sénateur républicain Chuck Grassley, «nous devons à présent faire notre possible pour passer outre» à ce veto.

Deux tiers des votes sont nécessaires dans les deux chambres du Congrès pour mettre en échec le veto présidentiel. Cette condition ne paraît pas remplie à la Chambre des représentants, même si nombre de républicains ont voté avec les démocrates dans les deux chambres. (Source : )